La possession externe : trouve-t-on un emploi plus large de la construction ?

Iris FABRY


Étudiante, master « Linguistique et dialectologie », Université Jean Moulin

Résumé

Cette recherche s’intéresse à la construction syntaxique de possession externe et son évolution en français à travers la question de son extension combinatoire. Pour cela, nous commençons par une description sémantico-syntaxique de la possession externe qui introduit la problématique de notre analyse : l’état de la productivité de la construction au XVIIe siècle. Nous essayons de répondre à cette question au travers d’une analyse de corpus (section 2). Ce corpus est constitué de textes de correspondance et les résultats établis laissent à penser que la possession externe était, à l’époque du français classique, dans un état déjà avancé de figement nominal. Le tout nous amènera à interroger le français contemporain, qui sera plus amplement étudié dans une recherche à venir.

Mots clefs : Possession externe ; productivité ; français classique ; analyse de corpus.

DOI : 10.5281/zenodo.3464464

Publié dans les Actes des Rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique, Association Diachronies Contemporaines, Lyon, pp.15-21.

Lien vers l’article

Citer l’article : FABRY, Iris. (2019). La possession externe : trouve-t-on un emploi plus large de la construction ?. In Actes des Rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique (pp. 15–21). Lyon: Association Diachronies Contemporaines. http://doi.org/10.5281/zenodo.3464464


Auteur : arianepinche

Doctorante en langue et littérature médiévales, CIHAM • Université Lyon 3 - Jean Moulin, mon CV en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.