Rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique (2019)

L’association Diachronies contemporaines organise cette année des rencontres de jeunes chercheurs et chercheuses en linguistique historique. Ces rencontres se tiendront à l’Université Jean Moulin Lyon 3 le 06/06/2019. Le but de cet événement est de réunir des jeunes chercheurs et chercheuses travaillant sur la diachronie des langues gallo-romanes, mais également sur le latin et les langues non-romanes présentes historiquement sur ce territoire. 

 

 

Diaporamas

Pour archive

Nouvelle date limite de soumission : 20/01/2019.

Les membres de l’association

Bureau de l’association

Président

Timothée Premat, doctorant.

Thèse : « Diachronie prosodique et métrique du schwa posttonique », Univ. Paris 8 & CNRS : UMR 7023 (SFL), dir. Michela Russo & Sophie Wauquier.

Site personnel
Page institutionnelle (SFL)
Courriel

Vice président

Fabian D. Zuk, doctorant.

Thèse : « Romanitas Perdita ? Une germanisation de la gaule poste-romane et la naissance du français », Univ. Jean Moulin Lyon 3 & UdeM (Montréal), dir. Michela Russo & Christian Rudolf Raschle.

Trésorier

Piotr Płocharz, doctorant (ENS de Lyon) et ATER (Université d’Aix-Marseille) en sciences du langage.

Thèse : « Le démonstratif en latin tardif et altimédiéval : étude de la documentation notariale privée rédigée en Gaule et en Italie (7e–10e siècles) », ENS de Lyon, IHRIM – UMR 5317.

La thèse en codirection internationale sous la direction de Céline Guillot (ENS de Lyon) et de Maria Selig (Université de Ratisbonne).

Page institutionnelle (IHRIM)

 

Secrétaire

Vincent Surrel, doctorant.

Thèse : « Les textes occitans de l’ancien Velay. Problèmes d’élaboration philologiques et d’exploitation linguistique », Univ. Paris 8 & CNRS : UMR 7023 (SFL), École Nationale des Chartes, dir. Michela Russo & Frédéric Duval.

Membres

Ariane Pinche, doctorante.

Thèse : « Édition nativement numérique des oeuvres hagiographiques ‘Li Seint Confessor’ de Wauchier de Denain, d’après le manuscrit 412 de la Bibliothèque nationale de France », Univ. Jean Moulin Lyon 3 & CNRS : UMR 5648 (Ciham), dir. Corinne Pierreville et Bruno Bureau.

Journée doctorale : « Diachronies gallo–romanes » (2018)

Le 4 avril 2018 s’est tenue à l’Université Jean Moulin Lyon 3 la première manifestation scientifique de l’association, en partenariat avec le département de Linguistique de l’Université Jean Moulin Lyon 3 et Michela Russo, directrice de ce département.

La présidence des débats était assurée par Céline Guillot (ENS de Lyon) et Fabio Armand (UCLy). L’organisation était assurée par Michela Russo (Univ. Lyon 3) et l’association Diachronies contemporaines. L’événement était abrité par l’Université Jean Moulin Lyon 3, à la MILC.

Programme de la journée

Piotr Plocharz (ENS de Lyon) : « Pronoma demonstrativa : une évolution canonique ? »

Les chartes médiévales, malgré ses formes très complexes, sont censées représenter – dans une certaine mesure – la langue compréhensible par les illettrés. On devrait y voir par exemple les formes du type ecce iste et ecce ille qui donnent en ancien français les démonstratifs cist et cil. Pourtant, au moins au niveau de la graphie, que ce soit dans les chartes ou dans d’autres types de textes, ces formes sont quasiment introuvables. Or, les études récentes sur la diachronie des démonstratifs lors du passage du latin à l’ancien français, montrent que le changement sémantique précède le changement morphologique et graphique. Dans cette communication, nous allons montrer comment ces changements se manifestent dans ce type spécifique de documents que sont les chartes.

Diapositives
Bibliographie

Timothée Premat (Univ. Paris 8) : « Approcher les vers médiévaux en métrique (presque) générale, Structures, équivalence, mètre et rythme, textsetting. »

Pour décrire les spécificités formelles du vers médiéval français, deux approches sont disponibles. L’une, traditionnelle, pratiquée par des littéraires et des grammairiens, repose sur une analyse de la langue médiévale qui n’est pas celle des sciences du langage contemporaines. L’autre, l’approche de la métrique générale, vise à replacer toutes les traditions métriques dans un cadre commun d’analyse, mais n’a jusqu’à présent pas produit de résultats satisfaisants pour l’oïl médiéval. L’unification de ces deux paradigmes n’est pas un horizon inatteignable ; il faut simplement commencer par reprendre l’analyse des vers médiévaux et de leurs fondements linguistiques avant de pouvoir les replacer dans le cadre translinguistique de la métrique générale.

Aussi, dans cette présentation, nous proposons de reprendre le formalisme et les principes de la métrique générale, mais en faisant momentanément abstraction de la problématique universaliste qui l’anime. En repartant du niveau des données, nous tenterons d’observer quelles sont réellement les structures que présentent les vers médiévaux, sans projeter sur eux de théorie a priori. Pour ce faire, nous aurons recours à la notion d’équivalence développée par B. de Cornulier, à la distinction, fondamentale en métrique générale, entre mètre et rythme, et aux outils de la phonologie prosodique. Enfin, nous observerons la façon dont, dans le corpus des trouvères, la musique interagit avec les structures métriques que nous avons décrites ; nous verrons quelles informations métriques peuvent être inférées du comportement de la musique vocale.

CORNULIER, Benoît de, Art Poëtique, Notions et problèmes de métrique, Lyon : Presses Universitaires de France, 1995.
FABB, Nigel et Morris HALLE, Meter in Poetry: A new theory, Cambridge et New York : Cambridge University Press, 2008.
RAINSFORD, Thomas, « Dividing Lines: The Changing Syntax and Prosody of the Mid-Line Break in Medieval French Octosyllabic Verse », in : Transactions of the Philological Society, 109, 2011, pp. 265-283.
NESPOR, Marina et Irene VOGEL, Prosodic phonology, Berlin et New York : Mouton de Gruyter, 2007.

Diapositives

Ariane Pinche (Univ. Lyon 3) : « Concevoir et exploiter l’édition nativement numérique d’un recueil hagiographique en langue d’oïl. »

Décider de faire une édition nativement numérique modifie profondément le travail de préparation de l’édition. Décrire le texte et montrer le texte ne relève plus d’un même geste. Supprimer des informations au profit d’une lecture plus aisée n’est plus nécessaire. Le travail préliminaire à l’établissement du texte est sauvegardé, les normalisations signalées tout en conservant le signe original du manuscrit. Le texte devient alors dynamique et le parcours au sein du corpus n’est plus cloisonné par les choix de l’éditeur.

L’apport numérique permet également une analyse assistée et globale du corpus où les données, qu’elles relèvent d’informations nécessaires à la constitution des glossaires et des index ou encore d’informations linguistiques, sont archivées directement dans la linéarité du document et aisément consultables. Ainsi toute analyse devient plus fine, mais surtout toujours ouverte à de nouvelles études.

BURNARD, Lou, Qu’est-ce que la Text Encoding Initiative ?, trad. Marjorie Burghart, Marseille, OpenEdition Press, 2015.
CLÉRICE, Thibault et CAMPS, Jean-Baptiste, « Pandora A (language independent) Tagger Lemmatizer for Latin and the Vernacular », [En ligne : http://www.academia.edu/35076560/Pandora_A_language_independent_Tagger_Lemmatiz er_for_Latin_and_the_Vernacular].
PIERAZZO, Elena, Digital scholarly editing: theories, models and methods, Farnham Burlington, Ashgate, 2015.
ROBINSON, Peter, « Where We Are with Electronic Scholarly Editions, and Where We Want to Be », Jahrbuch für Computerphilologie, vol. 5 / 5, 2003, p. 126-146.
SEGRE, Cesare, « Lachmann et Bédier. La guerre est finie », Actes du XXVIIe Congrès international de linguistique et philologie romane, éds. Éva Buchi, Jean-Paul Chauveau et Jean-Marie Pierrel, Strasbourg, 2016, p. 15-28.

Diapositives

Vincent Surrel (Univ. Paris 8 et École Nationale des Chartes) : « Le suffixe occitan -aire en diachronie. »

La survivance de la forme nominative –aire dans les dialectes occitans modernes pour former des lexèmes de type N-aire est un phénomène très largement attesté par les synthèses grammaticographiques tant occitanes (p.ex. Ronjat 1930-1941, § 697 ; Pellegrini 1965, 283) que panromanes (p.ex. Lausberg 1965-1966, 2, 76-77 ; Maiden/Smith/Ledgeway 2011, 286-287). Il n’existe cependant, à notre connaissance, aucune étude d’ensemble consacrée à ce morphème dont la productivité est tout à fait remarquable et qui pose une série de problèmes de nature tout à la fois phonologique, morphologique, syntaxique et discursive. Nous nous proposons, à partir du corpus exhaustif des textes occitans de l’ancien Velay et d’enquêtes linguistiques sur les parlers modernes correspondants, d’étudier le suffixe sur la longue durée.

Si, dans la langue médiévale, l’opposition flexionnelle –aire/-ador semble recouvrir à première vue l’alternance suffixale latine (nom. -ÁTOR/acc. -ATÓRE) pour former des nomina agentis à base verbale, les attestations de notre corpus appellent une remodélisation qui peut expliquer le haut rendement du suffixe –aire. Une réactualisation du débat sur l’existence d’un système flexionnel casuel en occitan médiéval (cf. Chambon 2003) nous amènera à considérer le suffixe –aire comme une forme marquée qui a pu supplanter les autres séries agentives. Nous tenterons de théoriser les différents niveaux de refonctionnalisation du suffixe en diachronie, p.ex. en nous appuyant sur le modèle lexicologique proposé par Huyghe/Tribout (2015) à partir du concept génératif de rôle thématique.

CHAMBON, Jean-Pierre, 2003. « La déclinaison en ancien occitan, ou : comment s’en débarrasser ? Une réanalyse descriptive non orthodoxe de la flexion substantivale », RLiR 67, 343-363.
HUYGHE, Richard/TRIBOUT, Delphine, 2015. « Noms d’agents et noms d’instruments : le cas des déverbaux en –eur », Langue française 185, 99-112.
LAUSBERG, Heinrich, 1965-1966. Lingüística románica, 2 vol., Madrid, Gredos.
MAIDEN, Martin/SMITH, John Charles/LEDGEWAY, Adam, 2011. The Cambridge History of the Romance Languages. Volume I. Structures, Cambridge, Cambridge University Press.
PELLEGRINI, Giovan Battista, 1965. Appunti di grammatica storica del provenzale, Pisa, Libreria Goliardica.
RONJAT, Jules, 1930-1941. Grammaire istorique [sic] des parlers provençaux modernes, 4 vol., Montpellier, Société des langues romanes.

Diapositives

Fabian D. Zuk (Univ. Lyon 3) : « Astuces pour domestiquer le barbare. L’intégration phonologique et morphosyntaxique des anthroponymes germaniques dans les chartes latines du 7e au 9e siècle. »

Dans les chartes latines de la Gaule du VIIe au IXe siècle, la majorité des anthroponymes sont d’origine barbare, la plupart de langue germanique (Reichert 1987). L’intégration des noms étrangers se fait sur le plan phonologique et sur le plan morphosyntaxique. Si dans un premier temps les langues germaniques témoignent de systèmes phonologiques distincts de celui du protoroman, entre autres avec la présence des phonèmes /ph/, /th/, /kh/, /w/, /θ/ et /x/, et d’une logique phonotactique à part (Haubrichs et Pfister 1989), la forme que les noms d’origine germanique reçoivent dans les chartes témoigne d’une adaptation au système phonologique gallo-roman (Marchand 1959, Vielliard 1927).

Dans un second temps, pour respecter les contraintes de la syntaxe protoromane, les noms étrangers sont catégorisés selon la première, la deuxième ou la troisième déclinaison latine, aux cas sujet et régime et avec d’occasionnels vestiges du génitif latin (Jubainville 1870). Dans cette présentation, nous étudierons ces processus d’adaptation phonologique et morphosyntaxique en exploitant les données anthroponymiques de la base TELMA, dans une visée diachronique et diatopique. Ainsi, nous retracerons l’évolution des graphies employées pour la transcription des noms germaniques pour déceler l’évolution des processus synchroniques dans les dialectes gallo-romans et germaniques en contact.

HAUBRICHS, Wolfgang et Max PFISTER (1989). In Francia fui: Studien zu den romanisch- germanischen Interferenzen und zur Graundsprache der althochdeutschen « Pariser (Altdeutschen) Gespräche », Akademie der Wissenchaften und der Literatur, Vienne.
JUBAINVILLE, Arbois de (1870). « Étude sur la déclinaison des noms propres dans la langue franque à l’époque mérovingienne », Bibliothèque de l’école des chartes, 31 : 312-352.
MARCHAND, James W. (1959). « Names of Germanic Origin in Latin and Romance Sources in the Study of Germanic Phonology », Names 7, 3: 167-181.
REICHERT, Hermann (1987, 2002). Lexikon der altgermanischen Namen, Akademie der Wissenchaften und der Literatur, Vienna.
TELMA. Chartes originales antérieures à 1121 conservées en France, en ligne: http://www.cn-telma.fr//originaux.
VIELLIARD, Jeanne (1927). Le latin des diplômes royaux et chartes privées de l’époque mérovingienne, Champion, Paris.

Diapositives