Appel à communication pour les « Deuxièmes rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique », 17 et 18 juin 2021

Dans le cadre de la pandémie de Covid-19, les Deuxièmes rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique, qui devaient se tenir les 15 et 16 juin 2020, ont été repoussées aux 17 et 18 juin 2021. Nous en profitons pour ouvrir un nouvel appel à communications, de manière à offrir au plus grand nombre l’occasion de nous rejoindre.

Cet événement est organisé par l’association lyonnaise Diachronies contemporaines. Pour cette deuxième édition, en plus de la focalisation sur les langues gallo-romanes, l’événement s’ouvre également à l’étude des langues anciennes. Des actes numériques seront édités à la suite de l’événement.

Des résumés d’une page maximum, à l’exclusion d’éventuelles figures ou tables et d’une bibliographie, devront être envoyés en deux versions, l’une anonyme et l’autre non, à l’adresse diachro2020@gmail.com avant le 30/11/2020.

Vous trouverez ci-dessous le nouvel appel à communication de l’événement :

Appel à com | Rencontres lyonnaises 2021

Le PAM, un Programme d’Analyse Métrique pour le français médiéval

Enzo POGGIO* & Timothée PREMAT**


*Développeur pour les SHS, chercheur indépendant.
**Université Paris 8 (SFL UMR 7023)

Résumé

Les corpus de français médiéval existant ne proposent pas d’étiquetage des propriétés prosodiques et métriques des textes. Un tel étiquetage est pourtant nécessaire, non seulement pour celui qui étudie la métrique, mais aussi pour le phonologue. Avec le PAM, nous proposons un script Python capable de segmenter un texte en syllabes et d’associer à chaque syllabe un statut de proéminence prosodique à partir duquel on doit pouvoir déduire le gabarit métrique sousjacent. Cet article détaille certains points du fonctionnement général du programme, toujours en cours de développement.

Mots clés : Linguistique de corpus ; annotation métrique et prosodique; syllabation; français médiéval.

DOI :10.5281/zenodo.3464477

Publié dans les Actes des Rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique, Association Diachronies Contemporaines, Lyon, pp.59-70.

Lien vers l’article

Citer l’article : Premat, Timothée, & Poggio, Enzo. (2019). Le PAM, un Programme d’Analyse Métrique pour le français médiéval. In Actes des Rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique (pp. 59–70). Lyon: Association Diachronies Contemporaines. http://doi.org/10.5281/zenodo.3464477

Annoter facilement un corpus complexe

Ariane PINCHE


Université Lyon 3 (CIHAM UMR 5648) École nationale des chartes

Résumé

L’annotation morphosyntaxique est une tâche qui occupe activement la communauté scientifique depuis l’émergence des outils numériques dans les sciences humaines, car ces informations sont précieuses aussi bien aux yeux des linguistes que de chercheurs moins spécialisés en sciences du langage pour, entre autres, des études de stylométrie ou de lexicométrie. Toutefois, certaines langues, comme l’ancien français, représentent un véritable défi parce qu’il est très difficile d’annoter des langues sans normalisation graphique. Pyrrha est une interface d’aide à l’annotation linguistique développée au sein de l’équipe numérique de l’École nationale des chartes. Cette dernière s’appuie sur le lemmatiseur et annotateur morphosyntaxique Pie qui ne possède pas de dictionnaire prédéfini. Pyrrha propose également une interface de relecture pour assurer à l’utilisateur une complète maîtrise de ses données. Ainsi, annoter un texte est plus rapide et plus simple. Il est alors facile de constituer à partir de son corpus un glossaire qui répertorie sous une entrée unique toutes les variations graphiques d’un même lemme ou d’analyser un corpus étendu pour observer, par exemple, l’état du système casuel ou encore détecter certains traits dialectaux.

Mots clés : ancien français ; interface ; lemmatiseur ; morphosyntaxe ; tagueur.

DOI : 10.5281/zenodo.3464473

Publié dans les Actes des Rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique, Association Diachronies Contemporaines, Lyon, pp.48-58.

Lien vers l’article

Citer l’article : Pinche, Ariane. (2019). Annoter facilement un corpus complexe. In Actes des Rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique (pp. 48–58). Lyon: Association Diachronies Contemporaines. http://doi.org/10.5281/zenodo.3464473

Étude diachronique du gascon béarnais au sein des textes officiels

Jérémy ROUQUIER


Étudiant, master « Linguistique et dialectologie », Université Jean Moulin

Résumé

S’il existe bien une « scripta béarnaise », variété écrite possédant des traits spécifiques, peut-on tracer une chronologie de la naissance et de l’évolution desdits traits ? Pour tenter de répondre à cette question, nous étudions un corpus composé de textes béarnais et gascons, écrits entre le XIIIe et le XVIIe siècle afin d’étudier les traits par lesquels Jean Laffite définit la scripta béarnaise, ainsi que les traits spécifiques au béarnais sélectionnés dans les ouvrages de Massoure consacrés au Gascon.

Mots clés : gascon ; béarnais ; dialectologie ; corpus diachronique ; scripta béarnaise.

DOI : 10.5281/zenodo.3464453

Publié dans les Actes des Rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique, Association Diachronies Contemporaines, Lyon, pp.40-47.

Lien vers l’article

Citer l’article : ROUQUIER, Jérémy. (2019). Étude diachronique du gascon béarnais au sein des textes officiels : Quelle(s) variation(s) par rapport au gascon ?. In Actes des Rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique (pp. 40–47). Lyon: Association Diachronies Contemporaines. http://doi.org/10.5281/zenodo.3464453

Variation textuelle et variation linguistique dans les textes occitans d’Antoine Clet

Vincent SURREL


Université Paris 8 (SFL UMR 7023), École nationale des chartes

Résumé

Nous proposons d’analyser les phénomènes de corrélation entre variation textuelle et variation linguistique dans la pièce d’Antoine Clet intitulée Le Sermon manqué (ca 1750), connue par cinq témoins. La confrontation des données diasystématiques fournies par la critique philologique avec les données linguistiques, principalement au niveau grapho-phonologique, doit nous permettre d’interpréter les comportements sociolinguistiques des scripteurs.

Mots clés : nord-occitan (vellave) ; dialectologie historique ; géolinguistique ; graphématique ; philologie linguistique.

DOI : 10.5281/zenodo.3464471

Publié dans les Actes des Rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique, Association Diachronies Contemporaines, Lyon, pp.31-39.

Lien vers l’article

Citer l’article : SURREL, Vincent. (2019). Variation textuelle et variation linguistique dans les textes occitans d’Antoine Clet. In Actes des Rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique (pp. 31–39). Lyon: Association Diachronies Contemporaines. http://doi.org/10.5281/zenodo.3464471

Entre ancien et moyen français : le traitement de l’Ovide moralisé

Prunelle DELEVILLE


Université Lumière Lyon 2 (CIHAM UMR 5648), Université de Genève (FNRS)

Résumé

L’Ovide moralisé en vers, dont le témoin le plus ancien date environ de 1315-1320, se situe au tournant de l’ancien et du moyen français. Au sein de cette tradition manuscrite, nous nous proposons d’étudier une famille de représentants plutôt tardive (toute fin du XIVe siècle, première moitié du XVe siècle). Cette rédaction porte les traces d’un état textuel ambivalent : elle rend compte de traits pourtant désuets en même temps qu’elle témoigne de l’incompréhension de certains mots ou de la déliquescence de certaines formes. Nous nous proposons alors de nous concentrer sur les innovations sémantiques et métriques que ce groupe de copies apporte à l’histoire de la langue ancienne.

Mots clés : Tradition textuelle ; innovation sémantique ; métrique.

DOI : 10.5281/zenodo.3464468

Publié dans les Actes des Rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique, Association Diachronies Contemporaines, Lyon, pp.22-30.

Lien vers l’article

Citer l’article : DELEVILLE, Prunelle. (2019). Entre ancien et moyen français : le traitement de l’Ovide moralisé. In Actes des Rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique (pp. 22–30). Lyon: Association Diachronies Contemporaines. http://doi.org/10.5281/zenodo.3464468

La possession externe : trouve-t-on un emploi plus large de la construction ?

Iris FABRY


Étudiante, master « Linguistique et dialectologie », Université Jean Moulin

Résumé

Cette recherche s’intéresse à la construction syntaxique de possession externe et son évolution en français à travers la question de son extension combinatoire. Pour cela, nous commençons par une description sémantico-syntaxique de la possession externe qui introduit la problématique de notre analyse : l’état de la productivité de la construction au XVIIe siècle. Nous essayons de répondre à cette question au travers d’une analyse de corpus (section 2). Ce corpus est constitué de textes de correspondance et les résultats établis laissent à penser que la possession externe était, à l’époque du français classique, dans un état déjà avancé de figement nominal. Le tout nous amènera à interroger le français contemporain, qui sera plus amplement étudié dans une recherche à venir.

Mots clefs : Possession externe ; productivité ; français classique ; analyse de corpus.

DOI : 10.5281/zenodo.3464464

Publié dans les Actes des Rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique, Association Diachronies Contemporaines, Lyon, pp.15-21.

Lien vers l’article

Citer l’article : FABRY, Iris. (2019). La possession externe : trouve-t-on un emploi plus large de la construction ?. In Actes des Rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique (pp. 15–21). Lyon: Association Diachronies Contemporaines. http://doi.org/10.5281/zenodo.3464464

Le mot sí en catalan ancien : une particule de polarité positive

Afra PUJOL I CAMPENY


Batista i Roca Fellow, Fitzwilliam College University of Cambridge

Résumé

Dans cet article nous explorons la distribution syntaxique et la fonction du mot sí en catalan ancien, en démontrant que déjà au XIIIe siècle, il avait été grammaticalisé en particule de polarité emphatique et présentait une syntaxe innovante, parallèle à celle de l’espagnol moderne, contrairement aux analyses de sí proposées pour l’italien ou le français ancien.

Mots clés : catalan ancien ; polarité positive ; sí.

DOI : 10.5281/zenodo.3464460

Publié dans les Actes des Rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique, Association Diachronies Contemporaines, Lyon, pp.4-14.

Lien vers l’article

Citer l’article : PUJOL I CAMPENY, Afra. (2019). Le mot sí en catalan ancien : une particule de polarité positive. In Actes des Rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique (pp. 4–14). Lyon: Association Diachronies Contemporaines. http://doi.org/10.5281/zenodo.3464460

Actes des Rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique (2019)

PDF des actes : Rencontres_2019

DOI : 10.5281/zenodo.3462309

Le 6 juin 2019, se tenait à l’Université Jean Moulin Lyon 3 la première édition des Rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique. Cet événement, organisé par l’association Diachronies contemporaines, a regroupé de jeunes chercheurs et chercheuses qui, par leurs affiliations, leurs nationalités et leurs objets d’étude, ont apporté à ces rencontres une richesse à l’image de celle de la communauté linguistique gallo-romane. En effet, cette journée a été l’occasion de réunir des chercheurs et chercheuses de toute l’Europe de l’Ouest, de l’université la plus septentrionale du monde (Tromsø) à l’Université de Vérone, mais aussi de révéler la diversité de notre communauté scientifique, notamment à travers le large spectre des approches mobilisées, tant d’inspiration générative que plus traditionnelles. La diversité des communications présentées illustre aussi l’ampleur spatio-temporelle de la Gallo-Romania, prise dans son extension la plus large. En ce sens, les langues étudiées allaient du catalan médiéval au ladin contemporain, en passant par le gascon béarnais, l’occitan vellave et le français, ce dernier étant embrassé dans une diachronie particulièrement large, de la fin de l’antiquité à la période moderne.

Nous sommes fiers de reproduire ici le contenu de certaines des présentations de ces Rencontres lyonnaises1. Celles-ci vont de la phonologie à la morphologie, de la syntaxe à la dialectologie, de la lexicologie et de l’exercice de la philologie traditionnelle à la mise en place d’outils novateurs en philologie et humanités numériques. Ainsi, dans la continuité de la richesse de cette journée, ces travaux couvrent les champs les plus habituels de la discipline, mais s’ouvrent également à des outils numériques en cours de développement dans un champ précurseur qui, dès les années soixante, avait compris tout l’intérêt de l’émergence de cette nouvelle « transdiscipline »2  que nous appelons aujourd’hui les Humanités numériques et qui semble enfin acquérir ses lettres de noblesse3 . Avoir réussi à regrouper dans le même événement linguistes, littéraires travaillant sur la variation de la langue et des textes, éditeurs et acteurs de l’ingénierie des humanités numériques s’est avéré garant d’échanges passionnants — échanges que nous espérons pouvoir transmettre et diffuser par la publication de ces actes.

Enfin, nous sommes également très heureux de compter parmi nos auteur·trices deux étudiant·es de master, qui bénéficient ainsi de l’occasion de présenter pour la première fois leurs travaux. Accompagner les étudiant·es dans leur parcours de recherche, au-delà du cadre didactique mis en place par les universités, est aussi l’une des missions fondamentales de l’association Diachronies contemporaines.

Nous espérons que ce volume n’est que le premier d’une longue série, qui reproduira d’année en année la tribune que nous avons voulu donner aux jeunes chercheurs et chercheuses de notre domaine.

Les Rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique ont été soutenues par les laboratoires CIHAM (UMR 5648), IRHIM (UMR 5317) et SFL (UMR 7023), par l’école doctorale 3LA de l’Université de Lyon, par le FSDIE et le département de Linguistique de l’Université Jean Moulin Lyon 3 ainsi que par la Métropole de Lyon.

 

Timothée PREMAT & Ariane PINCHE

Les Actes sur Zenodo

Les Actes sur HAL

Citer les Actes : Premat, Timothée, & Pinche, Ariane (dir.). (2019). Rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique. Lyon: Association Diachronies Contemporaines. http://doi.org/10.5281/zenodo.3462309, ⟨halshs-02317116v2⟩.

  1. Le programme de l’ensemble de l’événement est disponible sur le site de l’association, à l’adresse : https://diachro.hypotheses.org/1302. []
  2. Marin Dacos, « Manifeste des digital humanities » , That Camp Paris 2010 : Non-Conférence sur les Digital Humanities, url : http://tcp.hypotheses.org/318, consulté le 15 septembre 2019. []
  3. « One may affirm that the Digital Humanities has won its struggle to obtain official recognition », Tino Orlandi, « Reflections on the Development of Digital Humanities (Busa Lecture) », DH 2019, 12 juillet 2019, Utrecht. []

Rencontres lyonnaises des jeunes chercheurs en linguistique historique (2019)

L’association Diachronies contemporaines organise cette année des rencontres de jeunes chercheurs et chercheuses en linguistique historique. Ces rencontres se tiendront à l’Université Jean Moulin Lyon 3 le 06/06/2019. Le but de cet événement est de réunir des jeunes chercheurs et chercheuses travaillant sur la diachronie des langues gallo-romanes, mais également sur le latin et les langues non-romanes présentes historiquement sur ce territoire. 

 

 

Diaporamas

Pour archive

Nouvelle date limite de soumission : 20/01/2019.

Les membres de l’association

Bureau de l’association

Président

Timothée Premat, doctorant.

Thèse : « Diachronie prosodique et métrique du schwa posttonique », Univ. Paris 8 & CNRS : UMR 7023 (SFL), dir. Michela Russo & Sophie Wauquier.

Site personnel
Page institutionnelle (SFL)
Courriel

Vice président

Fabian D. Zuk, doctorant.

Thèse : « Romanitas Perdita ? Une germanisation de la gaule poste-romane et la naissance du français », Univ. Jean Moulin Lyon 3 & UdeM (Montréal), dir. Michela Russo & Christian Rudolf Raschle.

Trésorier

Piotr Płocharz, doctorant (ENS de Lyon) et ATER (Université d’Aix-Marseille) en sciences du langage.

Thèse : « Le démonstratif en latin tardif et altimédiéval : étude de la documentation notariale privée rédigée en Gaule et en Italie (7e–10e siècles) », ENS de Lyon, IHRIM – UMR 5317.

La thèse en codirection internationale sous la direction de Céline Guillot (ENS de Lyon) et de Maria Selig (Université de Ratisbonne).

Page institutionnelle (IHRIM)

 

Secrétaire

Vincent Surrel, doctorant.

Thèse : « Les textes occitans de l’ancien Velay. Problèmes d’élaboration philologiques et d’exploitation linguistique », Univ. Paris 8 & CNRS : UMR 7023 (SFL), École Nationale des Chartes, dir. Michela Russo & Frédéric Duval.

Membres

Ariane Pinche, doctorante.

Thèse : « Édition nativement numérique des oeuvres hagiographiques ‘Li Seint Confessor’ de Wauchier de Denain, d’après le manuscrit 412 de la Bibliothèque nationale de France », Univ. Jean Moulin Lyon 3 & CNRS : UMR 5648 (Ciham), dir. Corinne Pierreville et Bruno Bureau.

Journée doctorale : « Diachronies gallo–romanes » (2018)

Le 4 avril 2018 s’est tenue à l’Université Jean Moulin Lyon 3 la première manifestation scientifique de l’association, en partenariat avec le département de Linguistique de l’Université Jean Moulin Lyon 3 et Michela Russo, directrice de ce département.

La présidence des débats était assurée par Céline Guillot (ENS de Lyon) et Fabio Armand (UCLy). L’organisation était assurée par Michela Russo (Univ. Lyon 3) et l’association Diachronies contemporaines. L’événement était abrité par l’Université Jean Moulin Lyon 3, à la MILC.

Programme de la journée

Piotr Plocharz (ENS de Lyon) : « Pronoma demonstrativa : une évolution canonique ? »

Les chartes médiévales, malgré ses formes très complexes, sont censées représenter – dans une certaine mesure – la langue compréhensible par les illettrés. On devrait y voir par exemple les formes du type ecce iste et ecce ille qui donnent en ancien français les démonstratifs cist et cil. Pourtant, au moins au niveau de la graphie, que ce soit dans les chartes ou dans d’autres types de textes, ces formes sont quasiment introuvables. Or, les études récentes sur la diachronie des démonstratifs lors du passage du latin à l’ancien français, montrent que le changement sémantique précède le changement morphologique et graphique. Dans cette communication, nous allons montrer comment ces changements se manifestent dans ce type spécifique de documents que sont les chartes.

Diapositives
Bibliographie

Timothée Premat (Univ. Paris 8) : « Approcher les vers médiévaux en métrique (presque) générale, Structures, équivalence, mètre et rythme, textsetting. »

Pour décrire les spécificités formelles du vers médiéval français, deux approches sont disponibles. L’une, traditionnelle, pratiquée par des littéraires et des grammairiens, repose sur une analyse de la langue médiévale qui n’est pas celle des sciences du langage contemporaines. L’autre, l’approche de la métrique générale, vise à replacer toutes les traditions métriques dans un cadre commun d’analyse, mais n’a jusqu’à présent pas produit de résultats satisfaisants pour l’oïl médiéval. L’unification de ces deux paradigmes n’est pas un horizon inatteignable ; il faut simplement commencer par reprendre l’analyse des vers médiévaux et de leurs fondements linguistiques avant de pouvoir les replacer dans le cadre translinguistique de la métrique générale.

Aussi, dans cette présentation, nous proposons de reprendre le formalisme et les principes de la métrique générale, mais en faisant momentanément abstraction de la problématique universaliste qui l’anime. En repartant du niveau des données, nous tenterons d’observer quelles sont réellement les structures que présentent les vers médiévaux, sans projeter sur eux de théorie a priori. Pour ce faire, nous aurons recours à la notion d’équivalence développée par B. de Cornulier, à la distinction, fondamentale en métrique générale, entre mètre et rythme, et aux outils de la phonologie prosodique. Enfin, nous observerons la façon dont, dans le corpus des trouvères, la musique interagit avec les structures métriques que nous avons décrites ; nous verrons quelles informations métriques peuvent être inférées du comportement de la musique vocale.

CORNULIER, Benoît de, Art Poëtique, Notions et problèmes de métrique, Lyon : Presses Universitaires de France, 1995.
FABB, Nigel et Morris HALLE, Meter in Poetry: A new theory, Cambridge et New York : Cambridge University Press, 2008.
RAINSFORD, Thomas, « Dividing Lines: The Changing Syntax and Prosody of the Mid-Line Break in Medieval French Octosyllabic Verse », in : Transactions of the Philological Society, 109, 2011, pp. 265-283.
NESPOR, Marina et Irene VOGEL, Prosodic phonology, Berlin et New York : Mouton de Gruyter, 2007.

Diapositives

Ariane Pinche (Univ. Lyon 3) : « Concevoir et exploiter l’édition nativement numérique d’un recueil hagiographique en langue d’oïl. »

Décider de faire une édition nativement numérique modifie profondément le travail de préparation de l’édition. Décrire le texte et montrer le texte ne relève plus d’un même geste. Supprimer des informations au profit d’une lecture plus aisée n’est plus nécessaire. Le travail préliminaire à l’établissement du texte est sauvegardé, les normalisations signalées tout en conservant le signe original du manuscrit. Le texte devient alors dynamique et le parcours au sein du corpus n’est plus cloisonné par les choix de l’éditeur.

L’apport numérique permet également une analyse assistée et globale du corpus où les données, qu’elles relèvent d’informations nécessaires à la constitution des glossaires et des index ou encore d’informations linguistiques, sont archivées directement dans la linéarité du document et aisément consultables. Ainsi toute analyse devient plus fine, mais surtout toujours ouverte à de nouvelles études.

BURNARD, Lou, Qu’est-ce que la Text Encoding Initiative ?, trad. Marjorie Burghart, Marseille, OpenEdition Press, 2015.
CLÉRICE, Thibault et CAMPS, Jean-Baptiste, « Pandora A (language independent) Tagger Lemmatizer for Latin and the Vernacular », [En ligne : http://www.academia.edu/35076560/Pandora_A_language_independent_Tagger_Lemmatiz er_for_Latin_and_the_Vernacular].
PIERAZZO, Elena, Digital scholarly editing: theories, models and methods, Farnham Burlington, Ashgate, 2015.
ROBINSON, Peter, « Where We Are with Electronic Scholarly Editions, and Where We Want to Be », Jahrbuch für Computerphilologie, vol. 5 / 5, 2003, p. 126-146.
SEGRE, Cesare, « Lachmann et Bédier. La guerre est finie », Actes du XXVIIe Congrès international de linguistique et philologie romane, éds. Éva Buchi, Jean-Paul Chauveau et Jean-Marie Pierrel, Strasbourg, 2016, p. 15-28.

Diapositives

Vincent Surrel (Univ. Paris 8 et École Nationale des Chartes) : « Le suffixe occitan -aire en diachronie. »

La survivance de la forme nominative –aire dans les dialectes occitans modernes pour former des lexèmes de type N-aire est un phénomène très largement attesté par les synthèses grammaticographiques tant occitanes (p.ex. Ronjat 1930-1941, § 697 ; Pellegrini 1965, 283) que panromanes (p.ex. Lausberg 1965-1966, 2, 76-77 ; Maiden/Smith/Ledgeway 2011, 286-287). Il n’existe cependant, à notre connaissance, aucune étude d’ensemble consacrée à ce morphème dont la productivité est tout à fait remarquable et qui pose une série de problèmes de nature tout à la fois phonologique, morphologique, syntaxique et discursive. Nous nous proposons, à partir du corpus exhaustif des textes occitans de l’ancien Velay et d’enquêtes linguistiques sur les parlers modernes correspondants, d’étudier le suffixe sur la longue durée.

Si, dans la langue médiévale, l’opposition flexionnelle –aire/-ador semble recouvrir à première vue l’alternance suffixale latine (nom. -ÁTOR/acc. -ATÓRE) pour former des nomina agentis à base verbale, les attestations de notre corpus appellent une remodélisation qui peut expliquer le haut rendement du suffixe –aire. Une réactualisation du débat sur l’existence d’un système flexionnel casuel en occitan médiéval (cf. Chambon 2003) nous amènera à considérer le suffixe –aire comme une forme marquée qui a pu supplanter les autres séries agentives. Nous tenterons de théoriser les différents niveaux de refonctionnalisation du suffixe en diachronie, p.ex. en nous appuyant sur le modèle lexicologique proposé par Huyghe/Tribout (2015) à partir du concept génératif de rôle thématique.

CHAMBON, Jean-Pierre, 2003. « La déclinaison en ancien occitan, ou : comment s’en débarrasser ? Une réanalyse descriptive non orthodoxe de la flexion substantivale », RLiR 67, 343-363.
HUYGHE, Richard/TRIBOUT, Delphine, 2015. « Noms d’agents et noms d’instruments : le cas des déverbaux en –eur », Langue française 185, 99-112.
LAUSBERG, Heinrich, 1965-1966. Lingüística románica, 2 vol., Madrid, Gredos.
MAIDEN, Martin/SMITH, John Charles/LEDGEWAY, Adam, 2011. The Cambridge History of the Romance Languages. Volume I. Structures, Cambridge, Cambridge University Press.
PELLEGRINI, Giovan Battista, 1965. Appunti di grammatica storica del provenzale, Pisa, Libreria Goliardica.
RONJAT, Jules, 1930-1941. Grammaire istorique [sic] des parlers provençaux modernes, 4 vol., Montpellier, Société des langues romanes.

Diapositives

Fabian D. Zuk (Univ. Lyon 3) : « Astuces pour domestiquer le barbare. L’intégration phonologique et morphosyntaxique des anthroponymes germaniques dans les chartes latines du 7e au 9e siècle. »

Dans les chartes latines de la Gaule du VIIe au IXe siècle, la majorité des anthroponymes sont d’origine barbare, la plupart de langue germanique (Reichert 1987). L’intégration des noms étrangers se fait sur le plan phonologique et sur le plan morphosyntaxique. Si dans un premier temps les langues germaniques témoignent de systèmes phonologiques distincts de celui du protoroman, entre autres avec la présence des phonèmes /ph/, /th/, /kh/, /w/, /θ/ et /x/, et d’une logique phonotactique à part (Haubrichs et Pfister 1989), la forme que les noms d’origine germanique reçoivent dans les chartes témoigne d’une adaptation au système phonologique gallo-roman (Marchand 1959, Vielliard 1927).

Dans un second temps, pour respecter les contraintes de la syntaxe protoromane, les noms étrangers sont catégorisés selon la première, la deuxième ou la troisième déclinaison latine, aux cas sujet et régime et avec d’occasionnels vestiges du génitif latin (Jubainville 1870). Dans cette présentation, nous étudierons ces processus d’adaptation phonologique et morphosyntaxique en exploitant les données anthroponymiques de la base TELMA, dans une visée diachronique et diatopique. Ainsi, nous retracerons l’évolution des graphies employées pour la transcription des noms germaniques pour déceler l’évolution des processus synchroniques dans les dialectes gallo-romans et germaniques en contact.

HAUBRICHS, Wolfgang et Max PFISTER (1989). In Francia fui: Studien zu den romanisch- germanischen Interferenzen und zur Graundsprache der althochdeutschen « Pariser (Altdeutschen) Gespräche », Akademie der Wissenchaften und der Literatur, Vienne.
JUBAINVILLE, Arbois de (1870). « Étude sur la déclinaison des noms propres dans la langue franque à l’époque mérovingienne », Bibliothèque de l’école des chartes, 31 : 312-352.
MARCHAND, James W. (1959). « Names of Germanic Origin in Latin and Romance Sources in the Study of Germanic Phonology », Names 7, 3: 167-181.
REICHERT, Hermann (1987, 2002). Lexikon der altgermanischen Namen, Akademie der Wissenchaften und der Literatur, Vienna.
TELMA. Chartes originales antérieures à 1121 conservées en France, en ligne: http://www.cn-telma.fr//originaux.
VIELLIARD, Jeanne (1927). Le latin des diplômes royaux et chartes privées de l’époque mérovingienne, Champion, Paris.

Diapositives